L’e-réputation des entreprises est maintenant un indicateur clé dans leur capitalisation

Illustration L’e-réputation des entreprises est maintenant un indicateur clé dans leur capitalisation

Une enquête établie par AMO (groupe Havas) révèle que la réputation des sociétés cotées en bourse compte pour une partie non négligeable de leur valorisation boursière. A noter que ce pourcentage change en fonction du domaine d’activité et de la zone dans laquelle elles sont implantées. Analyse.

 

La méthodologie derrière l’étude

L’étude « What price reputation? » menée par AMO, un des leaders mondiaux de communication institutionnelle et financière s’est intéressée, pendant un an, aux 15 principaux indices boursiers nationaux qui réunissent 1 611 entreprises cotées. Faute d’historique sur 538 d’entre elles, seulement 1 073 sociétés ont été retenues.

Les sociétés restantes représentent 67% des groupes cotés sur les 15 principaux indices boursier nationaux et 77% de la capitalisation globale. Cependant, cet échantillon est suffisant et les chercheurs ont ainsi pu collecter des données très instructives en extrapolant les résultats.

 

L’e-réputation de plus en plus importante dans la valorisation boursière des entreprises cotées

D’après les données récoltées de cette enquête, la réputation et par extension l’e-réputation des entreprises contribue à hauteur de 38% à la capitalisation boursière du CAC 40 et à hauteur de 35% des entreprises des 15 principaux indices boursiers nationaux. De plus, l’étude montre que ce paramètre devient de plus en plus important au fil du temps.

Autre fait intéressant constaté par l’étude : l’e-réputation favorable a influencé de manière positive la valorisation boursière de 79% des entreprises. En terme de valeur, c’est encore plus parlant. Une bonne réputation a augmenté leur capitalisation de 17 205 milliards alors qu’une mauvaise réputation l’a fait diminuer de 436 milliards.

 

Pour plus de précisions, n’hésitez pas à consulter l’enquête d’AMO.